Se connecter avec nous

Éducation

Institut africain d’informatique: étudiants & enseignants exigent le départ de la direction

Publié

sur

Depuis le 09 janvier 2023, le personnel de l’Institut africain d’informatique (IAI) est en grève. Toutes les activités sont à l’arrêt. Les employés, qui cumulent aujourd’hui un peu plus de 30 mois de salaires impayés, exigent que les têtes des responsables tombent toutes. Comme piste de solution à la crise, le personnel exige la tenue urgente d’un Conseil d’administration. Un courrier signé de qui de droit a été adressé dans ce sens au ministre de l’Economie numérique, Jean Pierre DOUKAGA KASSA, par ailleurs PCA de l’IAI. Une interpellation semble-t-il, ignorée tout de go par le membre du gouvernement.

Banner

Pourtant, le 12 janvier 2023, lors d’une réunion avec le personnel, Jean Pierre DOUKAGA KASSA avait intimé à la direction de l’IAI de produire un état de comptes afin de permettre à toutes les parties de voir clair et d’être au même niveau d’informations. Plutôt que de s’exécuter en bonne et due forme, la direction de l’institution panafricaine s’est contentée de répondre qu’il n’y avait plus d’argent dans les caisses, rapporte “La Cigale enchantée” À la grande indignation des employés, qui, au cours d’une récente déclaration devant la presse, ont affirmé qu’en date du 31 décembre 2022, les comptes de l’établissement plafonnaient à 35 millions FCFA. Et qu’au 25 février 2023, ceux-ci n’étaient plus que de 18 millions FCFA. Une vérification à l’UGB où sont domiciliés lesdits comptes en faisant foi. En sus, le personnel brandit les 70 millions FCFA que l’Etat verse à l’IAI chaque année.

Lire aussi  Gabon: elle traite son dragueur de voleur et lui met la foule aux trousses

«Nous ne voulons plus de cette administration. Nous en avons marre. Ils nous ont dit qu’il n’y avait plus rien dans les comptes, qu’ils partent, qu’ils nous laissent nous-mêmes gérer», peste Dominique CHARBONNIER, la déléguée adjointe du personnel, au micro de “Gabonews”. Et de poursuivre, que «nous demandons le départ du coordonnateur général et du RAF pour la mauvaise gestion. Parce-que, actuellement, nous avons de l’argent dans les comptes mais qui est entrain d’être dilapidé par eux. Nous savons ce qui se passe. Nous avons la vérification des comptes. Aujourd’hui, nous pouvons avoir même un bon nombre de mois de salaire, mais ils sont en train de s’engouffrer eux-mêmes».

Créé en 1971 par 11 Etats francophones de l’Afrique du centre et de l’ouest, l’Institut africain d’informatique (IAI), qui a formé plusieurs générations des cadres devenus des décideurs dans leurs pays ou des hommes d’affaires prospères, connait depuis des années une déliquescence quasi irréversible. L’une des explications à cette situation: certains Etats ne s’acquittent plus de leurs contributions, d’où le climat de morosité depuis des décennies. L’IAI vit entre grèves, arriérés de bourses, insécurité et le manque des résultats académiques depuis plusieurs années. À tout ceci, s’ajoutent l’insécurité récurrente caractérisée par les braquages et les agressions physiques au sein de l’Institut, les étudiants font face également aux difficultés académiques.

Éducation

Gabon /PNPE: des formations en anglais, pour améliorer l’employabilité des demandeurs d’emploi 

Publié

sur

Au fait de ce que la pratique de l’anglais est devenu un critère de sélection pour de nombreux postes, le Pôle national pour la promotion de l’emploi (PNPE) veut améliorer la compétitivité des gabonais inscrits dans le fichier national des demandeurs d’emploi. À ce titre, une soixantaine de candidats dont la maîtrise de l’anglais est un critère essentiel à l’obtention d’un emploi, bénéficieront d’une formation gratuite. 

Banner

Celle-ci concerne l’ensemble des antennes régionales, qui bénéficient chacune de 8 places, précise le communiqué du PNPE signé par son Directeur général, Puanne Paulin MOUSSOUNDA. Indiquant pour les chercheurs d’emplois intéressés par ladite formation de déposer leurs CV et lettre de motivation auprès de leurs antennes respectives, «pour analyse». 

La formation sera dispensée par le Georges Washington english center (GWEC) spécialisé dans l’apprentissage et la maîtrise de la langue anglaise. Dispensée en ligne, il est donc impératif pour les candidats retenues d’être équipés d’un ordinateur et d’une connexion Internet. 

Lire aussi  Le représentant de l'IAI Cameroun chez DOUKAGA KASSA pour tenter de redorer le blason de l'institut
Continuer La Lecture

Éducation

Gabon: Eramet lance le projet éducatif  “Lire pour l’avenir”

Publié

sur

Pour sa phase inaugurale, le projet ciblera près de 6000 élèves de cinq localités situées le long du Transgabonais où il sera déployé six bibliothèques équipées chacune de livres et du kit multimédia « Ideas Cube », c’est à dire des serveurs hors ligne développés par l’ONG Bibliothèques Sans Frontières comprenant 250 livres physiques et des milliers de documents pédagogiques disponibles grâce aux kits multimédias composés d’un serveur et de dix tablettes.

Banner

La cérémonie du 28 février 2024 organisée dans la Cour de la gare ferroviaire d’Owendo Virié est l’aboutissement d’un partenariat tripartite engageant le groupe Eramet et ses filiales Comilog et Setrag, l’ONG Bibliothèques sans Frontière et le gouvernement gabonais via son ministère de l’Education nationale et de l’Education Civique.

Ce projet entre dans le cadre du programme d’Eramet dénommé « Eramet Beyond for contributive impacts » qu’il finance dans les pays où il est implanté et a pour but de contribuer à la réduction des inégalités.Ainsi, les Lycées des villes de Ntoum, de Ndjolé, de Booué, de Lastourville et de Moanda situés le long du chemin de fer Transgabonais vont profiter de bibliothèques physiques et numériques.

Chaque établissement recevra 250 livres physiques et plusieurs milliers de contenus pédagogiques disponibles sur des serveurs hors ligne. Les apprenants candidats au baccalauréat auront à leur disposition, 4000 cartes mémoires Kajou contenant des ouvrages pédagogiques.

« Lire pour l’Avenir » est un chemin de savoir, un projet dont la mission préparatoire s’est déroulée en novembre 2023, avec la participation de représentants du Groupe Eramet, de ses filiales Comilog et Setrag, ainsi que l’Organisation Non Gouvernementale, Bibliothèques sans Frontières. Sa présentation aux autorités du ministère de l’Education nationale, mais aussi aux préfets de départements et de chefs d’établissements des localités concernées précitées a reçu leur adhésion.

Lire aussi  Gabon: DOUKAGA KASSA saura-t-il redorer IAI?

Toute chose qui fait dire à Virginie Chassey, directrice développement durable d’entreprise d’Eramet que « la nouvelle initiative consistant à déployer des bibliothèques physiques et numériques permet de fournir des contenus variés et attractifs aux lycéens pour soutenir leur gout pour la lecture et favoriser leur réussite scolaire. Je suis profondément attachée à la formation et à l’épanouissement personnel par la connaissance.

Au nom d’Eramet, je suis très heureuse de contribuer à aider les jeunes générations à construire leur avenir et à avoir les mêmes chances de réussite aux examens ». Même tonalité pour le Vice-président de l’ONG Bibliothèques Sans Frontières, Edouard Delberdé dont «  les cartes dénommées Passe ton Bac sont prêtes à être insérées dans les smartphones et donnent facilement accès à des contenus de révision du baccalauréat gabonais sur les appareils mobiles même sans connexion internet. Elles donnent accès à toutes les ressources éducatives nécessaires à la préparation du baccalauréat.

Le projet prévoit une formation pour des équipes pédagogiques des Lycées à l’utilisation du kit multimédia Ideas Cube (Idées à cubes). Le partenariat avec le ministère de l’éducation nationale a permis de sélectionner des livres et documents au contenu pédagogique gabonais, en phase avec les spécificités du pays et de la région, tout en laissant une place à la connaissance des enjeux du monde ».

Lire aussi  Le représentant de l'IAI Cameroun chez DOUKAGA KASSA pour tenter de redorer le blason de l'institut

Le Secrétaire général du ministère de l’Education nationale, Laurent Mouity Mabicka a quant à lui exprimé, au nom de son ministre empêché, l’inclusivité du projet éducatif mené par son ministère, lequel commande que tous les apprenants aient les mêmes chances. Pour lui, les grandes attentes des autorités académiques nationales demeurent l’élargissement d’internet sur toute l’étendue du territoire national.Le représentant des élèves quant à lui s’est réjouit du projet qui arrive à point nommé pour combler leurs attentes.

Il est à noter qu’au tout début des interventions, le directeur général de la Setrag,Christian Magni, souhaitant la bienvenue à ses hôtes s’est réjoui, lui aussi du lancement de ce projet qui conforte la vision sociétale de l’entreprise qu’il dirige qui, comme le groupe auquel elle appartient met en œuvre son engagement à contribuer au développement économique du Gabon au-delà de ses activités.

A propos de Bibliothèques sans Frontières :

Créée en 2007 par l’historien Patrick Well, Bibliothèques Sans Frontières renforce le pouvoir d’agir des populations vulnérables en facilitant leur accès à l’information, l’éducation et la culture.

L’association déploie ses projets inclusifs et innovants dans une trentaine de pays à travers le monde afin de permettre aux personnes frappées par les crises et la précarité de s’instruire, se divertir et (re)construire leur avenir. Grâce à ses outils innovants, sa bibliothèque de contenus et son expertise en matière de médiation, BSF et ses partenaires s’emparent des enjeux majeurs du XXIème siècle tels que l’éducation, la lecture et la culture, la citoyenneté et la cohésion sociale, la santé ou encore l’emploi et l’entrepreneuriat.

Lire aussi  Gabon: elle traite son dragueur de voleur et lui met la foule aux trousses

A propos d’Eramet :

Eramet transforme les ressources minérales de la Terre pour apporter des solutions durables et responsables à la croissance de l’industrie et aux défis de la transition énergétique. Ses collaborateurs s’y engagent par leur démarche citoyenne et contributive dans l’ensemble des pays où le groupe minier et métallurgique est présent. Manganèse, nickel, sables minéralisés, lithium et cobalt :Eramet valorise les métaux indispensables à la construction d’un monde plus durable. Partenaire privilégié de ses clients industriels, le Groupe contribue à rendre les infrastructures et les constructions robustes et résistantes, les moyens de mobilité plus performants, les outils de santé plus sûrs, les appareils de télécommunications plus efficaces. Pleinement engagé dans l’ère des métaux, Eramet ambitionne de devenir une référence de transformation responsable des ressources minérales de la Terre, pour le bien vivre ensemble.

Continuer La Lecture

Éducation

Libreville/ Lycée privé Ba OUMAR: surpris par un contrôle de police, plusieurs élèves interpellés

Publié

sur

Les premières heures de cette journée du 13 février 2024, laissaient présager que ne serait pas comme les autres. Et pour cause, dès 6 heures du matin, sur le parking jouxtant le lycée privé Ba OUMAR sis au quartier Bas de Gué-Gué, des véhicules neufs de l’unité spécial d’intervention de la Police de Libreville annonçaient la couleur d’une matinée spéciale. 

Banner

Postés à l’entrée de l’établissement, des agents en tenue procèdent à la fouille minutieuse des sacs de tous les élèves qui accèdent à l’établissement. En file indienne, les apprenants présentent leurs affaires et regagnent leurs salles de classes si le contenu de leurs effets est jugé convenable pour l’activité scolaire. 

D’autres par contre, sont interpellés , dévêtus de leurs chemises scolaires et regagnent le véhicule de police. Car, explique un agent de l’USI, «nous avons procédé à la fouille des élèves ce matin et interpellé des élèves qui avaient dans leurs sacs des couteaux et des paires de ciseaux à une manche». Précisant que ces objets n’étaient absolument pas compatibles avec les activités effectuées à l’école. 

Si le sort des apprenants n’est pas encore connu, l’opération saluée par les passants curieux, gagnerait à être répandue au sein de l’ensemble des établissements du pays, où les faits d’extrême violence sont régulièrement dénoncés. Et pour lesquels l’instauration d’une police scolaire avait été sollicitée. Et si les établissements du Gabon disposaient d’éléments de forces de l’ordre aux abords, comme c’est le cas pour le Complexe scolaire Les Bérets verts de Nzeng-ayong,  la violence à l’école serait peut-être revue à la baisse. 

Lire aussi  Le représentant de l'IAI Cameroun chez DOUKAGA KASSA pour tenter de redorer le blason de l'institut
Continuer La Lecture

S’inscrire à notre liste de diffusion WhatsApp

Banner

Banner
Banner
Banner

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut 👋
Nous sommes ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de mail.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Copyright © 2019 - 2023 Vox Populi. Tout droits réservés.