Se connecter avec nous
Banner

Justice

Gabon /placement hommes: pour avoir tué 1 français après une part*uze, 2 compatriotes prennent 20 ans de réclusion

Publié

sur

Le phénomène des placements, jusqu’à un passé récent, était une affaire exclusivement féminine, dans notre pays. Mais voilà que les hommes s’y mettent aussi, avec les effets néfastes qui pourraient en découler. En porte témoignage le fait que ce 15 juillet 2022, la Cour criminelle du tribunal de 1ère instance de Libreville statuait sur les cas d’Aimé DAKISSA et de David MOUPINDA à qui il est reproché des faits de vol et coups ayant entraîné la mort sur la personne d’un sexagénaire français, qui, après avoir satisfait sa libido, a refusé de payer l’intégralité de la somme pourtant conclue auparavant. Aimé DAKISSA et David MOUPINDA, après l’avoir asséné de coups de couteau, l’ont dépouillé de tous ce qu’il avait en sa possession. Les indélicats ont été condamnés à 20 ans de prison ferme.

Lire aussi  Gabon: les agences de placement du personnel ou une escroquerie d'un genre nouveau?

Justice

Libreville: le faux élève du LTNOB à la barre ce 05 décembre

Publié

sur

Steven ESSIKA, un jeune compatriote et délinquant de 18 ans qui s’est fait passer pour un élève du lycée technique national Omar BONGO (LTNOB), comparaît ce 05 décembre 2022 devant le tribunal correctionnel de Libreville, selon des sources proches du dossier. L’indélicat avait été appréhendé, le 18 novembre 2022, à l’issue d’une opération diligentée par la direction du LTNOB, avec la collaboration des agents des forces de l’ordre déployés autour de l’établissement scolaire. Il fut, par la suite, mis à la disposition de la Brigade anti – criminalité (BAC). Steven ESSIKA ferait partie d’une bande de jeunes délinquants qui commettent certains forfaits dans les rues de la capitale gabonaise, en arborant les uniformes de certains lycées et collèges de la place. Il est opportun de rappeler que le 11 novembre 2022 éclata une violente altercation entre des élèves du lycée technique national Omar BONGO et ceux du lycée Paul INDJENDJET GONDJOUT (LPIG), faisant plusieurs blessés et deux filles violées. L’Unité spéciale d’intervention de la police nationale a permis l’interpellation de certains émeutiers dont de faux élèves arborant l’uniforme du LTNOB, ces derniers ayant profité des troubles pour s’y immiscer et commettre des actes répréhensibles aux yeux de la loi !!!!

Lire aussi  Placements hommes, Jeff BEZOS, élections partielles,... Découvrez l'actualité marquante
Continuer La Lecture

Justice

NZOUBA NDAMA en liberté provisoire

Publié

sur

Interpellé depuis le 17 septembre 2022, à Franceville, Guy NZOUBA NDAMA, l’ancien president de l’Assemblée nationale a été remis en liberté provisoire cette nuit du 19 septembre. En effet, présenté devant les autorités judiciaires de la ville où il était retenu en garde à vue, une source a affirmé à nos confrères de “L’Union” qu’ «il est relâché car il bénéficie d’un droit de représentation». L’opposant qui avait fait de fausses déclarations quant aux raison de son séjour au Congo Brazzaville, avant de rentrer au Gabon avec la bagatelle de 1 milliard 190 millions de Fcfa va donc passer sa nuit hors de la prison de la ville.

Lire aussi  Libreville : le chef d’un réseau de placements de filles mineures aux arrêts
Continuer La Lecture

Justice

Ike NGOUONI identifie ses alliés qu’il arrosait généreusement pour encenser BLA

Publié

sur

Après la 1ere journée d’audience, l’on aurait pu croire que l’essentiel avait été dit. Pourtant l’ex porte-parole de la présidence de la République, Ike NGOUONI s’est à nouveau illustré par des déclarations qui pourraient lui coûter cher si elles étaient démenties. Il a ainsi nommé les médias qu’il rémunérait chaque mois avec le fonds de communication qu’il gérait. Lesquels n’auraient curieusement pas été graissés pour servir les intérêts du Chef de l’État.

L’homme qui a révélé avoir reçu une augmentation de sa prime à 25 millions de Fcfa en guise de récompense pour la qualité son travail aux côtés du chef de l’État Ali BONGO ONDIMBA (ABO), a reconnu avoir arrosé des médias d’envergure qu’il a clairement identifié. L’on pourrait croire que c’était pour contenter le président de la République dont il était en charge de la communication.  Pourtant il n’en était rien.

Car, semble-t-il, Ike NGOUONI était plus occupé à défendre les intérêts de l’ex tout-puissant directeur de cabinet d’ABO, Brice LACCRUCHE ALIHANGA (BLA). Ce dernier s’était entouré d’affidés qui lui vouaient une loyauté à toute épreuve. Mais, pour quelles raisons l’ex-Dircab aurait eu besoin de s’entourer de d’une armada médiatique qui plus est de l’opposition ? Alors que son prédécesseur, Maixent ACCROMBESSI était critiqué pour son refus à pactiser avec cette frange de média, BLA aurait-il souhaité apporter quelque chose de différent ou visait-il plutôt d’autres ambitions? Lui seul peut y apporter la réponse. 

Lire aussi  Placements hommes, Jeff BEZOS, élections partielles,... Découvrez l'actualité marquante

Mais s’il est bien une réponse que d’autres peuvent apporter c’est celle de savoir si les médias indexés par Ike NGOUONI feront entendre leur désapprobation, cette fois encore. Comme cela a été la semaine dernière, lorsqu’une Fake news attribuée à l’ancien administrateur directeur général (ADG) de Gabon oil company (GOC), Christian Patrichi TANASA, énumérait les sommes versées à certains patrons de presse. Ou alors, leur absence de réaction ne serait que le calme avant la tempête, que déclencherait le dépôt d’une série de plaintes pour diffamation? 

Wait and see..

Continuer La Lecture

S’inscrire à notre liste de diffusion WhatsApp

Banner

Banner
Banner

Banner

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut 👋
Nous sommes ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de mail.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.


Copyright © 2019 - 2023 Vox Populi. Tout droits réservés.