Se connecter avec nous
Banner

Economie

Gabon /Démissions en cascade à la CPG: la gestion d’Alain BA OUMAR décriée

Publié

sur

Rien ne va plus au sein de la Confédération patronale gabonaise (CPG). La structure, censée défendre les intérêts des entreprises et améliorer le climat des affaires au Gabon, enregistre le départ de quelques de ses membres. Il ne se passe plus un jour sans qu’une lettre de démission n’atterisse sur la table de l’actuel bureau exécutif, certainement due à la gestion de son président, Alain BA OUMAR qui ne correspond pas aux attentes des démissionnaires. 

À en croire nos confrères de “Gabonreview”, de mars à décembre 2021, pas moins de 4 organisations membres ont claqué la porte du regroupement patronal qui, reste le plus important du pays. En mars 2021, c’est le Syndicat des Entreprises du Bâtiment et des Travaux Publics (SEBTP) qui «ouvrit le bal». Le 7 juin, le Syndicat des Importateurs et Exportateurs du Gabon (SIMPEX), puis le 9 juin le tour est revenu à l’Union des représentants automobiles et industries (URAI). 

La dernière entité ayant pris ses distances est l’Association Professionnelle des Etablissements de Crédit (APEC), le 21 décembre dernier. Si d’aucuns peuvent penser que l’institution dirigée par Alain BA OUMAR traverse une zone de turbulence, pour cette dernière, il n’en est rien. À travers son chargé de communication, la CPG répond que ces différentes défections répondent à des fortunes diverses, les unes pour défaut d’acquittement de leurs cotisations, lourdement impactées par la dette intérieure. 

Lire aussi  Gabon /Grande débandade chez Alain Ba Oumar: 8 syndicats & 8 entreprises quittent la CPG

Les autres, notamment l’Urai et le Simpex, ne se reconnaissant pas dans le nouveau programme qui consiste à mettre un accent particulier sur des problèmes transversaux, avaient émis le souhait de quitter la CPG depuis la dernière élection. 


Banner

«Le seul dossier d’actualité est celui de l’Apec, mais ils n’ont pas encore fait part des raisons pour lesquelles ils quittent la CPG», a déclaré le chargé de communication sur Gabonreview. Mais, hormis ces défections, il y a aussi le fait que la réputation d’Alain BA OUMAR a été ternie, par des soupçons de malversations financières qui pèsent sur sa personne.  Ce qui lui a valu une condamnation à un an d’emprisonnement avec sursis et un million de Fcfa d’amende. Affaire à suivre !

Economie

Foberd Gabon récupère la mise en bouteille des produits Coca cola

Publié

sur

Dans un communiqué datant du 25 mai 2022, The Coca Cola Company (TCCC), le géant des boissons gazeuses, a informé l’opinion publique du repreneur de l’embouteillage de ses produits au Gabon. C’est donc la Société de fabrication des vins du Gabon (SOFAVIN), filiale du groupe Foberd, société spécialisée dans l’importation et la distribution des matériaux de construction et de produits alimentaires, reprendra la production et la commercialisation desdits produits Gabon à la fin, du partenariat entre le groupe français Castel et TCCC prévue le 30 juin 2022.

La collaboration entre TCCC et Castel, pour la production, l’embouteillage et la commercialisation des boissons de marque Coca – Cola, Fanta, Sprite et Schweppes, aura duré 25 ans. La rupture s’est faite d’un commun accord, le groupe industriel français voulant se concentrer sur ses alternatives telles que le “Djino Cola’’.

«Foberd Gabon grandit et ce choix porté sur le groupe illustre sa capacité à répondre aux normes encadrant la production de produits de qualité pour le bénéfice de nos consommateurs. Ce partenariat avec Coca – Cola Company est un motif de fierté pour le savoir – faire de l’industrie gabonaise», a commenté Mesmin SIGHA, Directeur général de Foberd Gabon, selon des propos recueillis par nos confrères de “Gabonactu.com”.


Banner

Le communiqué se poursuit en soulignant que SOFAVIN «s’appuiera sur les méthodes et les pratiques existantes au sein du système Coca – Cola pour délivrer un service client de qualité tout en se concentrant sur la mise en œuvre de la stratégie centrée sur le marché et l’exécution des projets à travers le pays». SOFAVIN commencera la production et la distribution dès le 1er juillet 2022.

Il est opportun de rappeler que, créée en 2011 et située dans la zone industrielle d’Owendo, la Société de Fabrication des Vins du Gabon est une entreprise industrielle qui produit et met sur le marché une gamme variée de vins, liqueurs, jus naturels et de boissons gazeuses. Avec une usine aux normes internationales et des équipements ultramodernes de dernière génération, SOFAVIN est apte à approvisionner le marché domestique gabonais et ceux de la sous-région d’Afrique Centrale.

Lire aussi  Gabon /Grande débandade chez Alain Ba Oumar: 8 syndicats & 8 entreprises quittent la CPG
Continuer La Lecture

Economie

Lambaréné: le gouvernement constate l’effectivité des activités à la ZI d’Ikolo

Publié

sur

Les ministres de l’Industrie Pacôme MOUBELET BOUBEYA et ses collègues de la Promotion des Investissements Hugues MBADINGA MADIYA et Madeleine BERRE du Travail, se sont rendus à la Zone d’Investissement Spéciale (ZIS) d’Ikolo dans la journée du jeudi 19 Mai 2022. Une descente sur le terrain, ayant pour objet de constater le démarrage effectif des activités industrielles dans cet espace économique. La ZIS d’Ikolo est notamment spécialisée dans la transformation du bois, avec pour objectif de créer un nouveau pool industriel qui permettra de renforcer la diversification autour des métiers du bois et la création de nombreux emplois. La ZIS qui compte actuellement deux opérateurs en production dans la transformation du bois, est située à 5 km de Lambaréné (capitale du Moyen-Ogooué).

MEZ


Banner

Lire aussi  Gabon: BA OUMAR cède à la pression et démissionne de la tête de la CPG
Continuer La Lecture

Economie

Gabon /Grippe aviaire: la filière avicole conteste les mesures gouvernementales

Publié

sur

Le 21 mai 2022, le Syndicat national des agriculteurs et aviculteurs du Gabon (Synaeg) a effectué sa 1ère sortie à Libreville. Il était question, pour les acteurs de ce secteur d’activité, d’exprimer leur désaccord quant aux mesures adoptées, le 17 mai 2022, par le Gouvernement de la République. Lesquelles veulent lutter contre la grippe aviaire, dont des traces ont été détectées dans certains élevages situés dans la province de l’Estuaire.

Si, dans le fond, les agriculteurs et aviculteurs reconnaissent la nécessité d’éviter la propagation de la maladie, ils craignent un nouveau coup dur pour leur secteur. Après l’effet dévastateur de la Covid-19, notamment une suppression d’emplois, liée à la mévente des fruits de l’activité et même une hausse de prix de certains produits tels que les œufs. Qui pourraient à terme, devenir une denrée rare.

«Ces mesures vont aussi impacter les secteurs connexes comme la pâtisserie et la boulangerie », a confié le président du Synaeg, Hervé Patrick OPIANGHA, selon des propos recueillis par nos confrères de “Gabon review”.


Banner

Par ailleurs, le président du Synaeg propose des mesures qui auraient l’avantage de peaufiner la stratégie nationale de riposte contre le virus H5N1, parmi lesquelles l’encadrement des fermes touchées et un soutien financier pour les fermes qui n’ont pas pu épuiser leurs stocks d’œufs.

Lire aussi  Gabon: BA OUMAR cède à la pression et démissionne de la tête de la CPG
Continuer La Lecture

S’inscrire à notre liste de diffusion WhatsApp

Banner
Banner

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut 👋
Nous sommes ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de mail.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.


Copyright © 2019 - 2022 Vox Populi. Tout droits réservés.