Gabon 2023: Ali BONGO candidat ou pas ?

Pinterest LinkedIn Tumblr +

C’est la question qui reste en suspens après l’interview exclusive du Chef de l’Exécutif accordée au magazine panafricain “Jeune Afrique”, le 16 mars 2021. Sans se prononcer sur une éventuelle candidature pour un troisième mandat en 2023, Ali BONGO ONDIMBA (ABO) s’est dit plutôt préoccupé par la finition des chantiers qu’il a entamés que par les échéances électorales. Aucune mention sur son successeur, mais son état de santé en nette amélioration, comme il le dit, et sa volonté de terminer coute que coute son œuvre pourraient faire de l’actuel N1 gabonais un prétendant sérieux pour 2023.

L’on ne sait toujours pas si le locataire du Palais du Bord de Mer souhaite se présenter aux élections présidentielles prévues en 2023. Pourtant, la question lui a été clairement posée par Marwane Ben YAHMED de “Jeune Afrique”, au cours d’une interview donnée à Libreville.

Ali BONGO y a répondu avec fermeté : «Je suis le chef de l’État, j’ai assez à penser et à faire. J’ai la lourde charge de diriger le pays et d’achever certains chantiers. Il reste encore plus de deux ans avant l’élection présidentielle».

Comme quoi, il semble que l’heure soit plutôt au travail pour le numéro un gabonais, qui s’est d’ailleurs dit «concentré sur l’action, sur les réformes à mener» avant d’ajouter «j’ai peu de temps à consacrer à autre chose, a fortiori en cette période de crise sanitaire».

Pourtant, comme l’a souligné le directeur de publication du magazine panafricain lors de l’interview, «2023 avance à grands pas». Si Ali BONGO joue la carte du mystère, ses adversaires politiques, quant à eux, n’ont pas mis longtemps à marquer leurs ambitions, bien que parfois dans la confusion et le désordre.

Banner

La première personnalité de l’opposition à dévoiler son désir d’affronter éventuellement Ali BONGO n’est autre qu’Alexandre BARRO CHAMBRIER (ABC), qui a d’ores et déjà galvanisé ses troupes notamment lors d’une tournée aux allures de pré-campagne dans la province du Woleu-Ntem. Pour l’heure, il est le seul dont les ambitions sont claires et dont la candidature pour 2023 ne fait l’ombre d’aucun doute.

Or, dans les rangs de l’opposition, les tractations vont bon train mais rien ne se précise. Dans l’Union Nationale de Zachary MYBOTO, l’on tergiverse sur la succession de ce dernier à la tête de cette formation politique de l’opposition radicale. Conséquence, beaucoup de noms mais aucun positionnement clair pour Paul-Marie GONDJOUT, Minault ZIMA EBEYARD ou encore Jean-Gaspard NTOUTOUME AYI, qui peuvent tous prétendre à la lumière du soleil. Jean PING, 78 ans, est, quant à lui, plus isolé que jamais.

Guy NZOUBA-NDAMA, du parti Les Démocrates (LD), chef de fil du parti d’opposition le plus représenté au Parlement (12 députés et 4 sénateurs, ndlr) mais aussi l’un des plus complaisants avec le régime en place, ne s’est toujours pas prononcé non plus. D’autant, que son nom est cité comme potentiel Vice-président de la République.

En l’état, Ali BONGO, s’il se présente en 2023, n’a pas une forte volonté de l’opposition pour s’opposer à lui. Mais est-ce seulement son souhait de rempiler pour un troisième mandat ? L’on peut également se demander si l’achèvement des chantiers d’ici à 2023 et l’amélioration de son état de santé pourraient permettre à ce dernier de prétendre solliciter à nouveau les suffrages des Gabonais. À quand donc une annonce officielle sur ces échéances électorales à venir pour Ali BONGO ? Pour l’instant, lui seul le sait.

Share.

About Author

Comments are closed.