Conseil de sécurité de l’ONU: Félix TSHISEKEDI veut griller la politesse à Ali BONGO pour obtenir le siège non-permanent réservé à l’Afrique pour 2022-2023

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Alors que le Gabon partait en candidature unique pour obtenir le précieux siège, la République Démocratique du Congo (RDC), portée par son président en personne, Félix TSHISEKEDI, songe sérieusement à l’accaparer. Pourtant, les candidatures sont closes depuis le 30 décembre 2020 et celle du Gabon avait déjà été validée par l’Union Africaine (UA).

Banner

À en croire “La Lettre du Continent”, Félix TSHISEKEDI veut opérer un véritable passage en force dans ce dossier, qui met de facto la candidature du Gabon au siège non-permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU, en porte-à-faux. D’autant que l’on croyait le dossier déjà bouclé du côté des autorités gabonaises, qui sont courroucées pas les velléités congolaises.

En effet, lors du dernier sommet de l’UA les 6 et 7 février derniers, la ministre congolaise des affaires étrangères, Marie Tumba NZEZA, a plaidé pour que le choix du pays auquel reviendra le siège soit décidé «par concertation entre chefs d’Etat» au lieu du processus de candidature habituel géré par l’UA, rapporte encoe “La Lettre du Continent”. Une proposition immédiatement soutenue par le président congolais, qui assure pourtant la présidence de l’organisation depuis le début du mois de février.

Banner

Selon le magazine panafricain, la question des sièges non-permanents réservés à l’Afrique ont créé beaucoup de tensions lors du dernier sommet de l’UA, tandis que la position congolaise les cristallise avec le Gabon dont les autorités se sentent ainsi menacées à l’idée de devoir se faire concurrencer par la RDC. D’autant que le Gabon assurera le leadership africain lors de la COP26 prochaine à Glasgow, au Royaume-Uni, et souhaiterait profiter du siège au Conseil de Sécurité pour consolider cette position et minimiser les critiques faites au pays sur le respect des droits de l’homme notamment le droit des prisonniers.

De l’autre côté, Félix TSHISEKEDI convoite le siège non-permanent pour s’offrir une assise internationale à la veille des élections présidentielles e 2023, où il remettra en jeu son mandat. “La Lettre du Continent” rapporte également que ce dernier va prochainement tenter de rencontrer son homologue gabonais, Ali BONGO, afin de discuter de la question.

Share.

About Author

Comments are closed.