Interdiction des cultes du 25 octobre: “des plaintes seront déposées” à l’encontre des diffuseurs de fake news, dixit Rose Christiane OSSOUKA RAPONDA

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

S’exprimant dans une publication sur Facebook ce 25 octobre 2020, le Premier Ministre, Rose Christiane OSSOUKA RAPONDA a félicité les uns et les autres, qui ont répondu avec civisme à l’appel des responsables religieux catholiques. Dans le même temps, elle a salué le «grand professionnalisme» des forces de l’ordre qui ont encadré les célébrations de culte sur l’ensemble du territoire national.

La réouverture des lieux de culte ce 25 octobre ne s’est pas faite sans accroc. D’un côté, des messes ont bel et bien eu lieu de part et d’autre de la capitale et l’intérieur du pays. Pour la plupart, les célébrations se sont faites en dehors de l’enceinte des établissements religieux, qui étaient par ailleurs assiégées par des forces de l’ordre.

Néanmoins, plusieurs médias ont relayé des incidents localisés, sans heureusement déplorer des morts ou de blessés. Le Premier Ministre s’en est d’ailleurs félicitée en saluant «le civisme dont ont fait preuve nos compatriotes croyants, ainsi que la très grande majorité des responsables religieux», et ajoutant «Je félicite nos forces de l’ordre qui ont fait preuve d’un grand professionnalisme et de discernement».

Mais déjà, des vidéos amateur circulent sur les réseaux sociaux montrant quelques heurts avec les forces de l’ordre, laissant la voie à la propagation de tout un tas de fausses informations également. À ce sujet, la Cheffe du Gouvernement a tenu «à mettre en garde tous ceux qui, sur les réseaux sociaux notamment, s’emploient, parfois à des fins d’instrumentalisation politicienne, à diffuser des fake news, évoquant de soi-disant ‘violences policières’, des ‘arrestations’ ou autres».

Visiblement remontée contre les informations distillées ça et là, Rose Christiane OSSOUKA RAPONDA entend aller plus loin. «Nous ne laisserons pas nos forces de l’ordre être impunément diffamées. Nos services sont mobilisés. Des plaintes seront déposées à l’encontre de ces personnes malveillantes» pour tirer au clair les événements de la journée, elle a promis que «le Préfet de police fera un point précis et circonstancié sur le déroulement de cette journée».

La publication du Premier Ministre tombe au moment où les fakes news causent de plus en plus de dégâts dans le pays et au-delà. L’Eglise Catholique du Gabon en a d’ailleurs fait les frais hier en marge de la célébration des messes. En effet, le matin du 25 octobre 2020, la page Facebook de l’Eglise Catholique au Gabon a annoncé le décès de l’abbé Saturnin de l’église de Mekambo, avant de s’excuser quelques heures plus tard après avoir appris que l’information était fausse. Le mal étant déjà fait malheureusement.

Le phénomène des fake news touche très durement le Gabon mais également le continent africain, dont la jeunesse est hyperconnectée et friande des réseaux sociaux. Selon le cabinet PSB Research, Facebook et WhatsApp seraient notamment les canaux principaux, vecteurs de fausses informations. Selon une étude récente du cabinet, réalisée au Congo Brazzaville, l’Ethiopie, au Gabon, au Ghana, au Kenya, au Malawi, au Mali, au Nigeria, au Rwanda, au Sénégal, en Afrique du Sud, au Togo, au Zimbabwe et en Zambie, les “Fake News” auraient un impact sur 35% de la population des jeunes âgés de 18 à 24 ans.

Share.

About Author

Comments are closed.