mercredi, juillet 15

L’Afrique s’améliore dans la lutte contre la fraude fiscale et le blanchiment d’argent

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Au coeur d’un continent où le secteur informel règne en maître sur l’économie, force est de saluer les efforts entrepris par les pays africains en matière de lutte contre la fraude fiscale, de blanchiment d’argent, et même dans certains cas de corruption. D’après un rapport de la Banque Africaine de Développement (BAD) du 25 juin dernier, à la fin de l’année 2019, des progrès ont été enregistrés au niveau de la “transparence fiscale en Afrique”. La tendance se confirmerait pour le compte de cette année 2020 indique ledit document.

En effet, les pays africains seraient engagés vers une réaffirmation de leurs engagements, ainsi que le renforcement de leurs capacités pour parvenir à la transparence fiscale. D’après nos confrères de l’ “AGENCEECOFIN”, le partage d’informations concernant les flux de fonds illicites sont en progrès auprès des grandes instances financières d’Afrique. Cela est important car la prépondérance des activités “souterraines”, crée un ralentissement global de l’ activité économique.

La mobilisation des ressources fiscales étant le nerf de la Guerre, les états se doivent de maîtriser le secteur.

«En Afrique, les flux financiers illicites se situeraient, selon les estimations, entre 50 et 80 milliards de dollars par an et 44 % du patrimoine financier du continent serait détenu à l’étranger, ce qui correspond à des pertes en recettes fiscales de 17 milliards d’euros», rapportent nos confrères précités.

Effectuée via une visioconférence, les échanges entre la BAD et l’ Initiative Afrique, définissent des perspectives plus vertueuses, pour un continent handicapé par un taux de perception de corruption de plus en plus élevé.

Share.

About Author

Leave A Reply