mardi, novembre 12

Gabon: quid des fonds alloués à la route après dix ans ? s’interroge la NAR

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

La Nouvelle Alliance Républicaine (NAR), membre de la Coalition pour la nouvelle République (CNR), a pris acte, dans un récent communiqué, du lancement des travaux de réhabilitation de la route nationale R1 (Nkok-Ntoum et Kango), longue de 780 km. Eu égard à l’importance de la somme décaissée à cet effet (900 millions de francs CFA), le parti d’opposition se dit raisonnablement sceptique, compte tenu des engagements financiers précédemment consentis par les pouvoirs publics, pour remédier à la problématique des routes, qui se sont révélés jusqu’alors vains.

«Le 17 Octobre 2019, le ministre des Infrastructures et des Travaux Publics, Justin NDOUDANGOYE a lancé les travaux de réhabilitation de la route nationale R1 (Nkok-Ntoum et Kango) un linéaire de 780 km. À ce titre, la coquette somme de 900 millions de nos francs a été décaissé pour supprimer les nids-de-poule et bourbiers sur cette voie, poumon économique de notre pays, construite il y a plus de 40 ans de cela.

La Nouvelle Alliance Républicaine (NAR), membre de la Coalition pour la nouvelle République (CNR), a pris connaissance de cet état de faits qui soulagerait bien les usagers de cet axe routier notamment en saison pluvieuse.

En effet, si ces travaux s’inscrivent dans le cadre d’un « Plan d’intervention d’urgence » ambitieux, il n’en demeure pas moins que les multiples efforts consentis par les responsables de ce département, partant des différents gouvernements qui se sont succédés depuis la décennie Ali BONGO ONDIMBA, sont restés vains.

Ici est le lieu de s’interroger sur la destination prise par l’ensemble des budgets alloués au réseau routier gabonais. En 2012, plus de 50 milliards ont été débloqués pour la réhabilitation de nos routes sans résultats probants.

Novembre 2013, le Gouvernement gabonais et la Deutsche Bank SAE ont signé les fiches d’admission N16 et N17 dont les montants s’élèvent respectivement à 42 285 980,08 Euros et 113 578 516,12 Euros et avaient pour objet de moderniser et de reconstruire la Route Nationale 1, PK12-Ntoum-Nsile-Bifoun, censée être élargie en 2 fois, 2 voies.

Chers compatriotes,

Quand nous savons que le Gouvernement gabonais peine à bitumer le quart de son réseau routier, long de 9170 km, on se poserait bien la question de savoir où sont passés les 50 milliards débloqués en 2012 et les prêts consentis auprès de la Deutsche Bank SAE ?

M. le ministre, après 10 ans de magistère d’Ali BONGO ONDIMBA, marqués par une communication assourdissante et de multiples annonces, le Gabon, pays au sous-sol riche, se retrouve donc ainsi à supprimer les nids-de-poule et bourbiers. Quand nous savons que des pays voisins à l’instar de la Guinée Équatoriale et de Sao Tomé et Principe, bénéficient d’une meilleure proportion de route bitumée, soit respectivement plus de 66 % et 27%, comparativement au Gabon, qui lui peine à bitumer le quart de son réseau routier. Nous pouvons donc nous poser la question suivante : M. le ministre, à quand des routes praticables en toute saison ?

Dans l’espoir que les 900 millions de Fcfa décaissés serviront réellement à la route, rien qu’à la route, en espérant que l’actuelle équipe soit éprise de patriotisme,

La Nouvelle Alliance Républicaine invite le Gouvernement partant du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Julien NKOGHE BEKALE, à faire la lumière et toute la lumière sur la question de la Nationale 1, devenue un véritable sujet d’opprobre à l’international.»

Share.

About Author

Leave A Reply