Gabon: elle passe à la barre pour avoir diffamé autrui sur Facebook

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le 05 août 2019, Audrey MENGUE MVE a été inculpée pour diffamation, et placée en détention, pour voir publié des commentaires abusifs sur N.O.J.P sur le célèbre réseau social Facebook. Horrifié de ce que sa vie privée soit exposée à son encontre, ce dernier va porter plainte afin que justice lui soit rendue.

Tout a commencé lorsqu’un jour du mois de juillet dernier, à Libreville, lorsque N.J.O.P a commis un accident de circulation. Audrey MVE, présente sur les lieux, a pris des photos et vidéos de la scène, pour susciter le buzz sur la toile, et apporter une information du genre, sensationnelle. L’effet escompté se produit, notamment, lorsqu’elle agrémente ses images d’un commentaire des plus accusateurs: «cet homme a eu cet accident dans ce lieu obscur, parce qu’il était en galante compagnie».

Indigné et piqué au vif par ce commentaire qui allait à coup sûr avoir des répercussions sur sa vie privée, N.J.O.P. a décidé de porter plainte contre X. Permettant ainsi aux agents de la police judiciaire, de diligenter une enquête. Laquelle, va s’avérer fructueuse. Puisqu’elle va mener jusqu’à AUDREY MENGUE MVE, qui, interpellée et déférée au Parquet de la République, a été condamnée le 05 août dernier pour diffamation.

À la barre, la prévenue n’a pas nié les accusations émises à son encontre. Mais, comme habitée d’une soudaine prise de conscience, notamment du tort qu’elle a causé à sa victime, Audrey MVE, en larmes, s’est excusée à l’endroit du plaignant, sa famille ainsi que le tribunal et le ministère de la Justice. «Je me sens mal», a-t-elle commenté à la réflexion des faits qui lui ont été reprochés.
Mais comme pour mettre en garde ceux qui voudront s’essayer à exposer sur la place publique des faits qui relèvent de la vie privée des citoyens, la juge s’est voulue intransigeante. «À supposer que votre commentaire soit vrai, ces faits relèvent de la vie privée du plaignant, et vous ne devez pas vous en mêler. Vous devez payer pour cet acte répréhensible», a-t-elle conclu. La prévenue attend désormais l’heure de son procès, qui déterminera sa peine.

Share.

About Author

Leave A Reply