Se connecter avec nous
Banner

Dossier

10 caractéristiques de la pauvreté numérique au Gabon et quelques pistes de solutions

Publié

sur

Selon les récentes statistiques des organisations internationales, notamment l’Union Internationale des Télécommunications (UIT), le Gabon a gagné 10 places au rang mondial. Il se positionne 6ème en Afrique et 1er dans la sous-région (CEMAC). Le pays compte désormais 3 millions d’utilisateurs de la téléphonie mobile et 1 million d’abonnés à internet avec un taux de pénétration de 48%.

Toutefois, derrière ces chiffres encourageants, se cache l’épineuse problématique de la pauvreté numérique car Internet est encore un luxe au Gabon et ceux qui peuvent s’offrir une connexion Internet ne savent pas en tirer le meilleur parti. Par ailleurs, les sociaunautes gabonais n’ont pas une bonne culture web. Enfin, des compétences dans le développement et l’utilisation des ressources et outils technologiques sont encore très insuffisantes.

C’est donc dans la perspective de résorber cet “analphabétisme numérique” que Rodolphe HOUGANGOYE NGOUAMBILA, en sa qualité de consultant en marketing numérique certifié par le géant du web américain Google a réalisé une analyse personnelle pouvant servir dans l’amélioration des politiques de développement du secteur numérique au Gabon.


Banner

Vous pouvez télécharger l’analyse intégrale sur: https://bit.ly/analyse-numerique-gabon. Il indique que le rapport est écrit à l’intention des institutions qui ont en charge le développement du secteur numérique, les fournisseurs d’accès internet, les entités de contrôle et les acteurs majeurs du numérique au Gabon.

Continuer La Lecture
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dossier

“Recherche nounou togolaise de préférence, gabonaise s’abstenir”, la nationalité, un gage de sécurité pour les enfants?

Publié

sur

Nounous, femmes de ménage, aides ménagères il faut dire que les gabonaises sont très souvent victimes de discrimination professionnelle dans leur pays. De fait, les nationaux choisissent de faire confiance à des jeunes femmes expatriées venues d’Afrique de l’ouest notamment du Togo. Lesquelles sont souvent citées comme figures d’exemple en termes de respect, soumission et conscience professionnelle. Des jeunes filles qui inspireraient “confiance” et à qui certains ont longtemps donné “le bon Dieu sans confession” avant de se muer en victimes de ces anges venus de l’Afrique australe.

L’habit dit-on ne fait pas le moine car au même titre que d’autres femmes qui partagent leurs valeurs, quelque soit leur culture, elles demeurent des maîtresses en sourdine des partenaires de leurs patronnes, voleuses, bourreaux ou encore tueuses de ces êtres innocents dont elles se voient souvent confier la garde, les nounous expatriées d’aujourd’hui ne sont plus ce qu’elles étaient hier. Et ne donnent aucun argument de défense aux adeptes de la formule “gabonaises s’abstenir”, d’autant qu’elles semblent désormais partager les critères de marginalisation tant reprochés aux candidates locales, et plus encore. 

Tirés du lot des nombreux actes reprochables à la communauté des nounous dites exemplaires, des faits d’une grande cruauté et très souvent incompréhensibles viennent témoigner de ce qu’elles ne sont pas que de bonnes filles prédisposées à la garderie, encore moins à l’éducation des enfants. Bien que d’autres, dotées d’une fibre maternelle (fraternelle) parviennent à exercer leur mission de la manière la plus honnête qui soit, et ce, quelque soit leur nationalité, gabonaise comprise. 

Le dernier fait en date a démontré les limites de ce système de discrimination professionnelle. Parce qu’une fois encore et certainement pas la dernière, un enfant a été la victime d’une nounou, qui avait gagné la confiance des parents qui devaient vaquer à leurs obligations professionnelles. La recherche d’un peu de calme, dans un environnement conditionné par les pleurs d’un bébé, voilà ce qui a poussé la jeune femme à plonger sa victime de 6 mois à peine dans le fût pour le laisser pleurer afin qu’épuisé, il puisse s’endormir. Mais ce qu’elle ignorait, c’est que cette fois serait la dernière.

Si rien ne vaut la perte d’un enfant pour les parents, ces nourrices excellent dans la pratique de sévices en tous genres aux innocents dont elles ont la garde. La chaîne de télévision TV+ en a d’ailleurs révélé un des plus abjects posé par un être appelé à donner la vie: des faits d’abus sexuels sur un nourrisson. Et c’est en rentrant de travail un soir qu’une mère a senti une odeur de liquide séminal sur les joues de son bébé, alors qu’elle lui faisait des bisous. La nounou cette fois se laissait faire un cunnilingus par le nourrisson, rappelle “Gabon Matin” (N°1817).


Banner

Des exemples il en existe pourtant en si grand nombre qu’il ne sert à rien de le dire, la nationalité d’une nourrice ne garantit pas la sécurité de l’enfant. S’il existe des résistances à embaucher des gabonaises à ces postes, c’est bien qu’au même titre que dans l’ensemble des cultures du monde, il ya des bons et des mauvais. Car dit-on, il n’y a rien qui soit tout blanc ou tout noir.

Aujourd’hui des solutions de garderie encadrée par les autorités sont mises en place. L’on retiendra par exemple le développement des crèches et haltes garderies qui offrent des prestations adaptées pour les enfants suivants leurs âges, encadrées par un personnel, plus ou moins qualifié. Pour les parents en proie au doute, il n’existe pas de risques zéro, mais il existe tout de même un risque mesuré. 

Continuer La Lecture

Analyse

Non! 2020 “n’est pas la pire année de l’histoire” l’an 536 oui !

Publié

sur

Depuis plus de huit mois, le monde est en suspens à cause de l’épidémie de coronavirus. Les restrictions sur les mariages, anniversaires ou encore simple réunion d’amis sont devenues des événements d’une extrême rareté. De plus, la crise économique qui s’en est suivie et qui promet de durer n’arrange pas les choses. De quoi donner des sueurs à plusieurs qui n’arrivent pas à voir le bout du tunnel. Néanmoins, l’année 2020 est loin d’être pire, car c’est  l’année 536 qui a été qualifiée de «pire année de l’Histoire de l’humanité», du fait des pandémies et aléas climatiques ayant entraîné d’innombrables souffrances aux habitants de la planète terre.

Rien qu’en France, on pourrait parler des famines de 1709 et 1710. Pour le monde entier, l’on pourrait citer 1914 ou encore 1942 pour les Juifs, qui ont subi l’Holocauste. Mais c’est l’année 536 qui a été considérée par des historiens comme «la pire année de l’humanité», rapporte la chaine Youtube “L’histoire nous le dira”. Une équipe de scientifiques, menée par un certain Michael MCCORMICK, a constaté que l’année 536 «marque le début d’une des pires périodes de l’Histoire pour être en vie, sinon la pire année».

Lors de cette année, la Terre a subi des phénomènes météorologiques extrêmes. Cette année-là, l’hémisphère Nord (l’Europe, Le Moyen-Orient et une partie de l’Asie) est touché par un mystérieux brouillard. Pendant 18 mois, ces régions sont touchées par la pénombre et des chutes de températures sont ressenties. Les températures de l’été ont chuté de 2,5° degré. Le climat a alors engendré de nombreux évènements. Les fermiers ont vu leurs champs “mourir” ce qui a entraîné une des plus grandes famines de l’histoire.


Banner

L’équipe de Michael MCCORMICK a ainsi conclu, après avoir analysé les glaces d’un glacier suisse, que le brouillard provenait d’un volcan cataclysmique en Islande. Il aurait donc déversé ses cendres au début de l’année 536. De plus, deux autres éruptions auraient suivi en 540 et 547. La pire année n’est donc pas 2020 n’en déplaise au magazine “Time” en dépit de la pandémie de Covid-19 bien sûr, mais aussi la démocratie américaine fragilisée par l’élection contestée de Joe BIDEN, l’assassinat de George FLOYD et les tensions raciales, les «récurrences de désastres écologiques qui confirment à quel point nous avons détruit la nature» ou même les disparitions de Kobe BRYANT, Ruth Bader GINSBURG et Chadwick BOSEMAN.

Continuer La Lecture

S’inscrire à notre liste de diffusion WhatsApp

Banner
Banner

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut 👋
Nous sommes ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de mail.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.


Copyright © 2019 - 2022 Vox Populi. Tout droits réservés.