Se connecter avec nous

Afrique

Leader en la matière, le Gabon animera la promotion du Genre dans la Ceeac en 2023

Publié

sur

Le mardi 17 janvier 2023, le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Chargé des Droits de l’Homme, Erlyne Antonela NDEMBET DAMAS, a accordé une audience à Yvette KAPINGA NGANDU, Commissaire en charge du département de la Promotion du Genre, du développement humain et social de la Communauté Économique des États de l’Afrique Centrale (CEEAC). Entre autres sujets abordés, les deux personnalités ont évoqué des possibilités devant permettre à la CEEAC d’apporter un appui technique au Ministère de la Justice ; quelques semaines avant que le Gabon ne prenne la présidence tournante de la Communauté économique des États de l’Afrique Centrale.

Banner

L’entrevue accordée par le Membre du Gouvernement à Yvette Kapinga Ngandu a également été une opportunité de collaboration entre le Gabon et la CEEAC qui a permis de développer l’agenda sous régional qui sera porté au profit de tout l’espace régional.

En effet, Libreville abritera en mars-avril 2023, une conférence sous régionale sur la promotion du genre, protection et participation des femmes dans les instances de gouvernance mondiale et sous régionale. Cette conférence verra la présence des ministres en charge du Genre, les Premières Dames issues des 11 États de la CEEAC. Et, le ministre Gabonais de la Justice aura la responsabilité d’animer le pan Genre au niveau de la sous-région et ce durant la mandature du Gabon, a précisé la Commissaire.

Lire aussi  Journée africaine des frontières: le Gabon parmi les hôtes de la 12e édition

Pour la CEEAC et le Gabon, l’objectif est de bâtir un agenda communautaire autour des problématiques ayant trait au Genre. Mais également, de soulever les problèmes sensibles auxquels les femmes et les jeunes filles font face dans la sous-région tout en tenant compte des progrès réalisés par chaque État, a précisé le Commissaire en charge du département de la Promotion du Genre, du développement humain et social de la Communauté Économique des États de l’Afrique Centrale (CEEAC).

Le Gabon est le leader africain des questions de genre et de parité homme/femme. Le pays assure tous leurs droits aux femmes et les protège contre les violences dont elles sont victimes. Sous Ali BONGO ONDIMBA, l’égalité est devenu un enjeu majeur aussi bien pour le développement des droits humains au Gabon, que pour le progrès économique. Dès 2015, le président de la République a institué la « Décennie de la femme gabonaise », une mesure forte, assortie d’une batterie de mesures. Droit des femmes veuves, aide à l’entreprise, accès aux instances de décision… : des acquis solides dont les résultats déjà obtenus depuis cinq ans tendent à prouver que le Gabon réussi sa mutation vers une société où règne l’égalité entre les femmes et les hommes et où les droits des premières sont respectés.

Lire aussi  Situation sécuritaire en RDC: Ali BONGO annonce une contribution de 500 000$ en faveur du retour de la paix

En 2015, le Gabon a créée un Fonds national d’aide sociale (FNAS), destiné à financer les micro-projets des citoyens économiquement faibles, notamment des associations féminines. Et a révisé, la même année, la deuxième partie du Code civil consacrée au droit de la succession de façon notamment à garantir les droits de la veuve et des orphelins, qui pouvaient jusque-là être bafoués. Le « conseil de famille », devenu « conseil successoral », a été révisé dans sa composition pour réserver une place de choix aux héritiers légaux, notamment à la veuve et l’orphelin.

En septembre 2016, la loi n°09/2016 a institué un quota d’accès des femmes et des jeunes aux élections politiques et des femmes aux emplois supérieurs de l’État favorisant la représentativité de ces dernières dans les instances de prise de décision. La même année, a été adoptée la Loi n°10/2016 du 5 septembre 2016, portant sur la lutte contre le harcèlement sexuel en milieu professionnel, garantit la protection maximale de l’intégrité physique et morale des victimes, afin de permettre leur épanouissement en milieu professionnel.

Cette même année 2016, Ali BONGO ONDIMBA lance le Programme « Égalité des Chances », qui offre particulièrement aux femmes, des politiques spécifiques d’appui dans les domaines de la santé, de l’éducation, de la formation professionnelle ou encore des micro-crédits. Deux ans plus tard, soit le 12 janvier 2018, intervient la révision de la Constitution qui, désormais, énonce clairement le principe de la parité entre les hommes et les femmes, aussi bien au niveau politique que professionnel; suivi le 5 juillet 2019, du décret portant renforcement de la pénalisation de la violence contre les femmes et de la violence sexuelle.

Lire aussi  Gabon: Antonella NDEMBET de nouveau la cible de piraterie sur Twitter

MEZ

Afrique

50 ans d’indépendance de Guinée Bissau: OLIGUI NGUEMA prend part aux festivités

Publié

sur

Invité par son homologue Bissau-Guinéen, le Président de la Transition, le Général Brice Clotaire OLIGUI NGUEMA a pris part ce jour à l’Avenue Amilcar Cabral à la célébration du 50ème anniversaire de l’accession à la magistrature suprême de la République de Guinée Bissau.

Banner

Cette commémoration a vu la participation de plusieurs Chefs d’État, de leaders politiques, du corps diplomatique, des organismes internationaux et d’anciens leaders et dirigeants qui ont marqué l’histoire de ce pays ami.

Après les parades militaire, populaire et la revue des troupes marquant l’événement, le Général Umaro SISSOCO EMBALÓ a livré une adresse au peuple bissau-guinéen à travers laquelle il a rendu hommage aux héros de l’indépendance de la Guinée Bissau.

Au terme de cette cérémonie, le Président de la Transition a adressé ses félicitations à son Homologue pour l’organisation des festivités et s’est dit honoré par l’accueil qui lui a été réservé en terre bissau-guinéenne. Le Général Brice Clotaire OLIGUI NGUEMA a par ailleurs saisi ces moments pour réitérer la volonté du Gabon de développer un partenariat actif avec la Guinée Bissau.

Lire aussi  CEEAC: OBIANG NGUEMA donne “un an” au CTRI pour restaurer l'ordre constitutionnel
Continuer La Lecture

Afrique

RCA: après 16 mois de détention un prisonnier français, libéré grâce à Ali BONGO

Publié

sur

Juan Rémy QUIGNOLOT a enfin pu regagner sa France natale dimanche 21 mai 2023. Après 16 mois de détention préventive à Bangui (RCA) où il avait été arrêté en mai 2021. L’interpellation de cet ancien militaire de 57 ans, était consécutive à la découvert, à son domicile, d’un important stock d’armes. Sous contrôle judiciaire depuis le 22 septembre 2022, avec interdiction de quitter le territoire centrafricain, Juan Rémy QUIGNOLOT a finalement pu s’en aller grâce à la diplomatie d’Ali BONGO ONDIMBA qui aura pesé de tout son poids dans ce dossier. Le Chef de l’État gabonais est d’ailleurs à l’origine de la remise en liberté du français 8 mois plus tôt. Parti de Bangui le mardi 18 mai dernier, Juan Rémy QUIGNOLOT a marqué une halte de deux jours à Libreville. Si rien n’a filtré de cette escale en terres Gabonaises, l’on imagine bien que l’ancien militaire français, que l’on dit «très éprouvé physiquement» en a profité pour remercier Ali BONGO ONDIMBA. Et pour cause. Approchée par nos confrères de l’AFP, Caroline QUIGNOLOT, la sœur de l’ancien militaire, a confirmé que le Président gabonais «a joué un rôle important dans sa libération», faisant office de «médiateur» entre Bangui et Paris.

Lire aussi  Situation sécuritaire en RDC: Ali BONGO annonce une contribution de 500 000$ en faveur du retour de la paix

MEZ

Continuer La Lecture

Afrique

Accusé de racisme, Kaïs SAIED se dit à la hâte “africain et fier de l’être”

Publié

sur

Deux semaines après son discours dénonçant l’arrivée de «hordes de migrants» subsahariens clandestins en Tunisie, le président Kaïs Saïed a reçu Umaro Sissoco EMBALO, le chef d’État bissau-guinéen et président de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao). Selon le Chef de l’État tunisien qui dément tout propos raciste, son message avait pour seul objectif de faire appliquer la loi concernant les étrangers en situation irrégulière dans le pays. «Je suis contre la traite des êtres humains, des africains particulièrement, soit en Tunisie, soit ailleurs. Mais cette situation ne peut pas être interprétée par les langues malveillantes de racisme. De quoi ils parlent ? Ils divaguent !», a-t-il déclaré. Pour le président en exercice de la Cédéao qui a justifié sa venue à Tunis par la présence des ressortissants des pays de l’Afrique au sud du Sahara, les propos de son homologue ont été mal interprétés. «Je pense que même les Tunisiens vont comprendre que ses propos qui ont été détournés, ce n’est pas l’esprit, ce n’est pas la logique. Je ne pourrai pas croire que vous, président tunisien, pays de Bourguiba, peut être xénophobe ou raciste. Vous-même, vous êtes Africain… ». Rebondissant aux propos de son homologue, Kaïs Saïed a enchaîné : «Je suis Africain et je suis fière de l’être». Le président bissau-guinéen a assuré s’expliquer sur la situation, qui, selon lui, relèverait plus «d’incompréhensions». «En tant que président de la CEDEAO, je rendis visite au Président Kaïs SAÏED pour m’enquérir de la situation des africains subsahariens en Tunisie. Evoquant la déformation de ses propos, il assura de croire aux valeurs africaines d’union, d’accueil et de respect et les préserver». Pour rappel, le président tunisien avait affirmé, le 21 février, que la présence en Tunisie de «hordes» d’immigrés clandestins provenant d’Afrique subsaharienne était source de «violence et de crimes» et relevait d’une «entreprise criminelle» visant à «changer la composition démographique» du pays. Des propos qui susciterent un tollé dans le pays, où les ressortissants d’Afrique subsaharienne font état, depuis lors, d’une recrudescence des agressions les visant, au point de les faire se précipiter dans les ambassades pour être rapatriées.

Banner

MEZ

Lire aussi  Présidence de la 79e AG de l'ONU: la CEEAC soutient la candidature du camerounais Philémon YANG
Continuer La Lecture

S’inscrire à notre liste de diffusion WhatsApp

Banner

Banner
Banner
Banner

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut 👋
Nous sommes ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de mail.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Copyright © 2019 - 2023 Vox Populi. Tout droits réservés.