Se connecter avec nous
Banner

Faits Divers

Avis de recherche sur NDEMEZO’O OBIANG : la police dément

Publié

sur

Les réseaux sociaux sont devenus, de nos jours, un puissant relai d’informations dont, parfois, peut dépendre une vie humaine. Cependant, force est de constater que des individus mal intentionnés s’en servent pour véhiculer des contre-vérités. C’est un constat qui a encore pu se faire, récemment, lors de la publication, devenue virale, d’un avis de recherche portant sur la personne du Président du Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE), René NDEMEZO’O OBIANG. Une publication, que la Préfecture de police a vite fait de démentir.

En effet, sur sa page Facebook, la préfecture de police a vite fait de crier à la Fake news, certifiant qu’aucun avis de recherche n’a été émis au sujet du président du CESE. Précisant par ailleurs, que le document qui circule actuellement est un faux, car n’émanant pas de ses services. S’agit-il d’une plaisanterie de mauvais goût ? D’aucuns se demandent quel est l’objectif réel poursuivi par cette démarche, tout en rappelant que ce ne sont pas tous les sujets qui peuvent devenir objet de raillerie. « Il y aura toujours des personnes mal intentionnées pour venir semer le trouble dans l’esprit des gens », a rappelé W.M.B, un internaute.


Banner

Ceux qui s’adonnent à ce type d’activités feraient bien d’y mettre un terme car, selon les dispositions du code pénal gabonais, en son article 227, «la diffusion ou la reproduction, par quelque moyen que ce soit, de nouvelles fausses, de pièces fabriquées, falsifiées ou mensongèrement attribuées à des tiers, lorsque, faite de mauvaise foi, elle aura troublé l’ordre public ou sera susceptible de le troubler, est punie d’un emprisonnement de cinq ans au plus et d’une amende de 3.000.000 FCFA au plus».

Continuer La Lecture

Faits Divers

Owendo /Triple meurtre d’Alenakiri: le conjoint en garde à vue

Publié

sur

Le 23 juin 2022 au quartier Alénakiri, dans la commune d’Owendo, une jeune femme connue sous le nom de Rosemonde, sa fillette de quatre (4) ans et son nouveau – né de 4 mois, ont été retrouvées mortes à leur domicile. C’est le chef de famille qui, de retour de travail, aurait fait la macabre découverte, au matin. Depuis lors, ce dernier est placé en garde à vue.

Selon le quotidien l’Union, rien ne permet de dire qu’il est le véritable meurtrier ; cependant, une source judiciaire précise que c’est la procédure dans ce genre d’affaires.

« Le compagnon, le mari, l’épouse ou la petite amie est toujours la première personne sur qui portent les soupçons », renseigne – t – elle.


Banner

De source concordante, la femme aurait été poignardée, d’abord à la poitrine, puis à l’abdomen, tant et si bien que ses intestins se sont retrouvés hors du ventre. Pire, des bouts de coton ont été introduits dans les narines du nourrisson, afin de l’étouffer. Un crime d’une rare violence qui a plongé les populations des alentours dans l’émoi et la consternation.

Qui a bien pu commettre un acte d’une telle cruauté ? Et pourquoi ? vivement que l’enquête de la police permette de rattraper le ou les auteurs et que justice soit faite.

Continuer La Lecture

Faits Divers

Gabon: “je vais bien, vous ne me verrez pas revenir” la réponse d’une fille recherchée à ses parents

Publié

sur

C’est une affaire pour le moins insolite qui a agité la toile le 22 juin 2022, celle de la jeune Rogeraine NTSAME MEZUI, absente de chez ses parents depuis le 17 juin 2022. Animée par l’inquiétude, qui est une réaction tout à fait normale pour tout parent, sa famille s’est décidée à lancer un avis de recherche sur Facebook, préférant utiliser ce canal plutôt que de s’adresser aux forces de police. L’étudiante de “University of Oxford” a répondu qu’elle va bien et demande que les recherches cessent.

L’information a été relayée si rapidement qu’elle a fini par attirer l’attention de l’intéressée qui, semble – t – il, a mûrement planifié son geste et n’a point l’intention de revenir en arrière.

« Je vais bien, j’ai envoyé un message disant que j’allais bien, pas la peine de faire tout cela, vous ne me verrez pas revenir. C’est une décision bien réfléchie, arrêtez d’impliquer les innocents dans cette affaire, je ne suis pas en danger, je vais vous appeler, merci », telle est la réponse que celle qui se fait appeler ‘’Rogeraine la Colombe’’ a adressée sous l’avis de recherche publiée sur les réseaux sociaux. Laquelle réponse ne satisfait nullement ses parents qui exigent qu’elle rentre s’expliquer sur les raisons de cette fugue et prenne, éventuellement, son indépendance de manière officielle.


Banner

Au Gabon, depuis l’affaire Rinaldi, du nom de ce petit garçon qui a disparu depuis quelques années déjà et dont on demeure sans nouvelles, la toile est particulièrement mobilisée, dès qu’il s’agit de disparition, étant donné qu’il est communément admis que les premières heures sont cruciales dans ce genre de cas. Cependant, force est de constater que, la plupart du temps, ce sont des personnes qui, au bout d’un moment, réapparaissent, comme si de rien n’était : l’on se souvient de ces histoires impliquant des jeunes femmes qui avaient tout simplement décidé de passer du bon temps avec leur petit ami, n’ayant pas jugé nécessaire d’en aviser, au préalable, leur famille.

Continuer La Lecture

Faits Divers

Gabon: un agent de la préfecture de Mimongo arrêté pour viol sur la fille mineure de son ami

Publié

sur

Le 02 juin 2022, Jean-Claude NZIENGUI a été placé en détention à la prison centrale de Mouila, après avoir été interpellé pour viol la fille de son ami, un cadre du Trésor public de Mimongo. Il aurait été surpris par le père de sa victime en flagrant délit alors qu’il agressait la jeune N.N.E.M âgée de 14 ans pour la quatrième fois. 

Les faits se seraient produits en mars dernier lorsque Jean-Claude NZIENGUI s’est lié d’amitié avec l’agent de perception. Mais pas seulement car il nourrissait également son obsession pour la fille de cet ami. 

Seulement un mois plus tard, en avril, il serait passé à l’acte. Entraînant l’adolescente dans les toilettes de l’école de l’Alliance chrétienne, il y aurait abusé d’elle sexuellement. Avant de s’y reprendre à 3 reprises au même endroit à d’autres moments. 


Banner

Voulant réitérer une fois encore, son acte odieux, sieur NZIENGUI aurait été surpris par le père de la fille. Mais il lui aurait échappé ce jour-là. Après des examens médicaux qui ont confirmé l’acte de viol, les gendarmes de la brigade de Mimongo ont procédé à son arrestation. Déféré devant le procureur de Mouila, le 2 juin dernier, Jean-Claude Nziengui a été placé en détention à la prison de la localité au sortir de son instruction, a indiqué “L’Union”.

Continuer La Lecture

S’inscrire à notre liste de diffusion WhatsApp

Banner
Banner

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut 👋
Nous sommes ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de mail.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.


Copyright © 2019 - 2022 Vox Populi. Tout droits réservés.