Se connecter avec nous
Banner

Culture

Gabon /IGIS: le nouveau DG, Serge ABESSOLO, assure qu’“il y a beaucoup de choses à faire”

Publié

sur

L’acteur international d’origine gabonaise, Constant Serge ABESSOLO, a été nommé lors du récent Conseil des ministres au poste de Directeur général de l’Institut gabonais de l’image et du son (IGIS). Une promotion, qui se présente au concerné, comme un défi à relever, et une lourde responsabilité qu’il devrait porter, tout en honorant ses engagements cinématographiques. 

Après plusieurs années sans directeurs généraux, L’IGIS a enfin été gratifié, en la personne de Constant Serge ABESSOLO, acteur, comédien, humoriste, présentateur etc d’un chef. Après avoir été pendant plusieurs mois représentée par son Président du conseil d’administration (PCA) Régis MASSIMBA. 

Promettant de se mettre rapidement au travail, le nouveau DG du cinéma gabonais assure toujours consulter ses prédécesseurs, Henri Joseph KOUMBA BIDIDI aujourd’hui à la retraite et IMUNGA IVANGA, pour espérer être à la hauteur de la tâche qui lui a été confiée.


Banner

«Maintenant, place au travail. Il y a beaucoup de choses à faire à l’IGIS, que ce soit en production ou en coproduction. Nous ferons avec ce qu’on a, le réseau qu’on a tissé et les relations établies au fil du temps et dans divers pays», a expliqué Serge ABESSOLO à “Gabon review”.

Vivement que cette nomination fasse éclore la culture gabonaise, par le truchement du cinéma, qui au 21ème siècle, représente un vecteur important pour la vulgarisation des us et coutumes d’un pays.

Continuer La Lecture

Culture

Gabon: et si le Nzebi devenait la langue nationale?

Publié

sur

Le samedi 21 mai 2022, des membres du secteur des arts et de la culture, regroupés au sein de la Fédération nationale des syndicats du secteur de la culture et des arts (FENASYCA), dont le siège est situé au pk8, ont animé une conférence de presse sur le thème ‘’le retour de l’authenticité de nos cultures’’. Au cours de cette rencontre, il a été question de se pencher sur un certain nombre de questions, parmi lesquelles le choix d’une langue nationale pour le Gabon. La FENASYCA a porté son choix sur le Nzébi, parmi des plus parlées du pays.

Selon nos confrères de l’“Agence gabonaise de presse” (AGP), conscients du fait que la culture est l’identité d’une nation, les acteurs de la FENASYCA ont présenté à la presse un plaidoyer qu’ils voudraient soumettre au Gouvernement de la République. Pour la fédération, il est surtout question de sauvegarder les mœurs et coutumes, ainsi que les rites et traditions des populations gabonaises.

«Nous constatons que notre société a perdu ses valeurs culturelles. Nous n’avons plus de socle qui puisse guider nos gouvernants. Les gabonais n’arrivent pas à se parler parce que nous n’avons pas une langue commune pour fédérer. Dans d’autres pays, ça a été expérimenté, et les résultats, nous les vivons au quotidien. Pourquoi ne pas faire de même ? le choix d’une langue ne signifie pas l’extinction des autres», a expliqué la présidente de la confédération syndicale “Bloc syndical de la première seconde’’, Aminata Brigitte NDZOMBA épouse ONDO.

Pour le président de la FENASYCA, le choix d’une langue nationale est d’une importance capitale. «Au Gabon, nous avons trois langues majoritaires. Le Punu, le Nzebi et le Fang sont les langues les plus parlées du pays. Parce que le Nzebi est non seulement majoritaire, les mots en Nzebi sont similaires à d’autres langues. Un avantage qui lui a valu la première place à nos yeux», a déclaré Christian Mermance N’NANG NSOME.


Banner

En outre, pour promouvoir la culture gabonaise, ces partenaires sociaux font d’autres propositions parmi lesquelles un jour de la semaine consacré au port d’un habit en raphia ou en pagne ; l’obligation de procéder au mariage coutumier avant celui civil et la promotion de l’art culinaire. La balle est désormais dans le camp des pouvoirs publics, appelés à désigner parmi les trois langues les plus parlées au Gabon : le Fang, le Punu et le Nzebi.

Continuer La Lecture

Cinéma

Gabon: “Samedi” le film d’Urban FM qui retrace la réalité du quotidien des jeunes

Publié

sur

Ce 22 avril 2022, la radio Urban FM en partenariat avec la société de production audiovisuelle Tromatix ont présenté en avant-première, leur film “Samedi”. Celui-ci retrace les réalités du quotidien des jeunes gabonais qui oscillent entre oisiveté et trafic en tout genre. Une production que le grand public aura le loisir de découvrir au Centre culturel français le 6 mai prochain. 

Le scénario de Yvon Serge NDENGA met en scène pendant 1h16, à travers des scènes comiques aborde des thèmes dénonciateurs qui minent le quotidiens de la jeunesse gabonaise. Et pour les reproduire, l’animateur radio Paul Auguste APORO opéré en voix off tandis que le web humoriste David IKAPI crée le contenu divertissant. 

«C’est un remake d’un film américain “Friday” (…) Il parle d’un jeune garçon qui est au chômage et il a un ami qui est dealer, et qui l’entraîne dans un problème qu’il a avec son chef à qui il doit de l’argent. De là il l’embarque dans une spirale pour l’aider à sortir de là [le trafic]», indique le scénariste, faisant un bref résumé du film “Samedi”.


Banner

Voilà un défi relevé! En effet, garant de la promotion de la culture urbaine gabonaise, Tromatix, est en charge de la production audiovisuelle de la radio Urban FM, a accompli le challenge de réaliser un film. Cela, afin d’élargir son action  dans le secteur de la communication et du divertissement. 

Continuer La Lecture

Culture

Ali BONGO peaufine la stratégie de restitution des biens culturels détenus en occident

Publié

sur

Le vendredi 8 avril 2022, le Chef de l’Etat, Ali BONGO ONDIMBA, a reçu, en audience, le ministre de la Culture et des arts, Patrick MOUGUIAMA-DAOUDA, au palais Rénovation. Au cours de cet entretien, il fut question, pour le membre du Gouvernement de la République, de faire le point sur le dossier relatif à la restitution des biens culturels gabonais détenus en Occident, notamment en France, dans des espaces publics ou privés. Le numéro un gabonais a fortement instruit le ministre à densifier la stratégie en cours, comportant la signature de conventions et des négociations avec les structures détentrices de ces œuvres en vue de leur rapatriement sur le territoire national.Selon des propos recueillis par nos confrères de Gabon Review, le Pr Patrick MOUGUIAMA – DAOUDA a assuré que « notre stratégie a déjà donné des fruits, puisque nous avons déjà pu rapatrier sur le Gabon quatre objets culturels il y a quatre ans. C’est donc cette stratégie qui se poursuit et se densifie pour que le maximum de pièces circule entre le Gabon et les différents Etats qui les détiennent ».Cette rencontre intervient à la suite de la vente aux enchères, en France, de quatre (4) masques gabonais, dont celui, à Montpellier, de la communauté Fang, vendu en mars dernier à un peu plus de trois milliards de francs CFA (3.000.000.000 FCFA) et qui avait provoqué un tollé général.


Banner
Continuer La Lecture

S’inscrire à notre liste de diffusion WhatsApp

Banner
Banner

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut 👋
Nous sommes ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de mail.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.


Copyright © 2019 - 2022 Vox Populi. Tout droits réservés.