Gabon /3e édition du Concours de plaidoirie: les étudiants gabonais rendent hommage à Me Marlyse ISSEMBE

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Ce samedi 1er mai 2021, les étudiants des niveaux licence 1, 2, 3 et Master, inscrits en droit au sein des établissements supérieurs du Gabon dont l’université Omar BONGO (UOB), l’Université africaine des sciences (UAS) et l’Université franco-gabonaise Saint-Exupéry (UFGSE) ont participé à la 3e édition du concours de plaidoirie organisé par l’association juridique Novi Iuri electi, sous le thème “L’éloquence de la plaidoirie”. Évalués par un jury de professionnels, ces étudiants ont défendu des causes relevant du droit gabonais et d’autres du droit international. Des prestations, pour ces novices et amoureux de la science juridique, qui ont valablement représenté la première magistrate gabonaise, Me Marlyse ISSEMBE.

Motivés par l’ambition d’évaluer leur aptitude à progresser dans le métier de l’avocature, 10 étudiants de niveaux distincts ont fait leur premier pas dans l’exercice fondamental lié au métier d’avocat, qu’est la plaidoirie. Loin des cours théoriques dispensés dans leurs différents établissements universitaires, cette fois, c’est devant Georges WORA, enseignement chercheur, Docteur en droit public à l’université Omar BONGO et Me BOUANGA Marie, avocate stagiaire au barreau du Gabon que ces jeunes se sont prêtés au jeu, partageant avec le jury et l’assistance, de réelles émotions, des conseils pour s’améliorer mais surtout des encouragements pour le travail accompli.

Une satisfaction pour le président de l’association organisatrice, Jeremy LEMBA, qui reconnaît en cette édition, quelques particularités comparée aux éditions précédentes. «La particularité de cette 3e édition, c’est qu’il y a eu cette fois-ci beaucoup d’engouement, il y a eu beaucoup d’université hormis l’UOB qui y ont répondu favorablement et surtout la motivation des candidats, amoureux de la science et leur proches. Par rapport aux autres éditions où on a enregistré une plus grande réticence», a-t-il reconnu.

Le concours de cette année s’est achevé sur la victoire de MENDOME AUTO’O Privat, âgé de 22 ans, étudiant en 2e année de licence à l’Université Omar BONGO (UOB). Lequel a tenu en haleine le jury, lors de sa plaidoirie sur le thème “le procès des 100 jours: l’Etat congolais c/ Vital KAMERE”. Son éloquence, sa posture, les éléments de preuves présentés, mais surtout son implication visible lors de son passage ont été décisifs pour lui attribuer le premier prix. Non sans lui susciter une grande émotion.

«Ça me fait énormément plaisir. D’autant que la raison m’ayant poussé à participer à l’édition, est que j’aspire évidemment à la fonction d’avocature, et c’était un moyen pour moi de savoir si j’ai, comme on a tendance à le dire, “le truc”. Il y a forcément des choses à travailler, mais au moins cela me rassure sur le fait que je ne me suis pas trompé sur ma formation», a-t-il indiqué. Lui, dont la vocation est née d’un certain altruisme et de sa capacité à croire à «la seconde chance», en dépit «de ce que les éléments matériels peuvent démontrer», souhaite orienter sa spécialisation dans le droit des Affaires.

C’est donc pour mettre en évidence la gente féminine, par ailleurs bien représentée sur le podium , dont le 2e prix remporté par DIGABI IBINGA Ine inscrite en 2e année de licence et le 3e prix par GUIEMA NDJEKY Raymond Claude, en 1ere année de licence, que cette édition s’est voulue un hommage à Me Marlyse ISSEMBE. Pour rappeler aux contemporains que le mode juridique, qui semblait réservé aux hommes, a connu des femmes dévouées. Notamment celle-là, qui a été la première au Gabon, à flirter avec la science juridique.

Share.

About Author

Comments are closed.