Gabon /Accident au CESE: le couvre-feu a-t-il tué l’épouse de Renaud ALLOGHO AKOUE (Vidéo)

Pinterest LinkedIn Tumblr +

En cause de l’accident survenu le 30 avril 2021, entre 21 heures et 22h40, au niveau du Conseil économique social et environnemental (CESE) qui aurait vu la mort brutale de Carine Geneviève IGNOUNGA, l’épouse de l’ex directeur général de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS), Renaud ALLOGHO AKOUE, une polémique est née sur les réseaux sociaux. D’aucuns dont Judes Bertrand MEKAMNE MBA, conseiller en communication de Jean PING, accuse l’instauration du couvre-feu à 18 heures, soit 3 à 4 heures après l’heure des faits, qui aurait précipité la conductrice sur la voie, causant ainsi la collision qui lui a été mortelle.  

Ré-instauré le 13 février 2021, entre 18 heures et 5 heures, le couvre-feu qui stipule l’interdiction de circuler, est montré du doigt par des nombreux internautes à l’instar de Judes Bertrand MEKAMNE MBA, qui y voit là une occasion de faire de la récupération politique autour de ce malheureux acte mortel. En témoigne une publication de ce dernier, qui n’a reçu que très peu d’adhésion sur Facebook. 

«À cause de votre sale couvre-feu, les gens sont obligés de rouler à toute allure, par précipitation», a-t-il publié à l’index des autorités gouvernementales. Lesquelles ont restreint la circulation à 18 heures pour limiter la propagation de la Covid-19, dont la 2e vague gagnait rapidement du terrain au Gabon. 

D’autres réactions, en tête desquelles celles du caricaturiste Pahé, appellent à la modération mais surtout à ne point se laisser aller à la désinformation, à la suite de cette tragédie. Car, en effet, rappelle-t-il aux «rois des fake et des news mélangés», le couvre-feu est à 18 heures, l’accident s’est passé autour de 21h30 et le véhicule roulait à vive allure, «de nous expliquer ce que l’heure du couvre-feu a, à y voir plus de 4 heures après».

De nombreuses réactions allant dans ce sens, dont celle d’un internaute, réitère que cet accident, «n’est pas l’effet du couvre-feu». Poursuit-il, «si les voitures roulent à 21 heures, c’est qu’ils [les conducteurs]ont des laissez-passer. Alors pourquoi rouler à vive allure?», exprimant ainsi son incompréhension face à cette situation délicate. 

Quoiqu’il en soit, les restrictions liées à la circulation en cette période de crise sanitaire sont connues de tous, d’autant qu’elles ne sont pas récentes. Carine Geneviève IGNOUNGA, disposait certainement de motifs réels de se retrouver sur la voie à cette heure de la nuit, à défaut d’une autorisation exceptionnelle de circuler, mais pour le respect de sa mémoire et des siens durement éprouvés, il apparaît malvenu de se laisser aller à des interprétations passionnées des causes de son décès, remettant par ailleurs en faute les mesures gouvernementales. 

Share.

About Author

Comments are closed.